(+33) 6 65 62 05 32
31 avenue des Mazades, Toulouse 31200
D’un voyage humanitaire à la création d’une marque équitable : notre récit

D’un voyage humanitaire à la création d’une marque équitable : notre récit

Travail d’enfants, salaires indécents, pollution, … les scandales sont trop nombreux dans le monde du textile ! Pourtant, 94% des personnes interrogées souhaiteraient que le commerce équitable devienne la norme. Heureusement, nous pouvons encore agir !

C’est dans ce contexte que nous avons créé Bajura, une marque de sacs et accessoires équitables faits main au Népal. L’objectif est simple : proposer des articles stylés respectueux des Hommes et de la planète.

 

Une histoire née dans l’Himalaya

Le récit commence en décembre 2016 par notre rencontre dans un orphelinat de Katmandou. C’est là que j’ai fait la connaissance de Paul, un étudiant français présent sur place depuis plusieurs mois. Et ce qui nous a tout de suite unis, ce sont nos valeurs et notre croyance en un monde plus juste.

Lors de son arrivée à l’orphelinat, Paul fut consterné par l’obligation des enfants de se laver dans la rivière froide et polluée passant sur le terrain. Il organise alors un financement participatif visant à construire des douches. La campagne est un réel succès ! Un ami népalais en profite pour lui demander la création d’un site internet capable de vendre ses articles locaux en Europe.

Curieux et avide de donner des conseils, il part tout naturellement visiter l’atelier de production. À son retour, il se montre totalement élogieux envers ce qu’il a vu : des artisans et des articles au top ! Nous partons donc visiter, ensemble cette fois, l’entreprise.

Mon intuition est la même que celle de Paul : tout est génial et plein de promesses ! Néanmoins, nous savons pertinemment que les personnes en face de nous n’ont pas les clés nécessaires pour s’attaquer au marché européen… Très vite, une réflexion germe en nous !

Pourquoi ne sauterions-nous pas sur l’occasion pour aller plus loin et réaliser un rêve commun ? L’idée de créer un site internet est alléchante, celle de créer une marque éthique, irrésistible. Le projet Bajura est né !

Un concept positif

« LA MEILLEURE RAISON POUR LANCER UNE ENTREPRISE EST DE CRÉER DU SENS, DE CRÉER UN PRODUIT OU UN SERVICE QUI CONTRIBUE À AMÉLIORER LE MONDE. » (Guy Kawasaki)

Pour nous, tout le monde doit être gagnant, du producteur de la matière première au client final. Nous nous mettons donc à réfléchir à des engagements aux impacts les plus positifs possibles.

Le premier sera de respecter les travailleurs et de les considérer non pas comme de simples moyens de production mais comme de véritables partenaires pris en considération. Néanmoins, nous ne voulons pas être cette nouvelle marque se cachant derrière des slogans éthiques pour faire du chiffre. Alors, dans un souci de transparence, nous travaillerons à l’obtention de la certification équitable que nous voulons le plus rapidement possible. Dans un pays où 37,4% des enfants de 5 à 14 ans sont victimes du travail, cela prend tout son sens…

Ayant passé plusieurs mois sur place, nous souhaitons également sortir du cadre purement professionnel et aider le Népal à faire face aux nombreux problèmes actuels. Pour chaque achat, une partie du prix de vente sera donc reversée à des associations népalaises. Cet acte nous tient à cœur tellement ce pays et ses habitants nous ont touchés, ont changé les personnes que nous sommes…

Enfin, nous n’oublions pas nos pays respectifs, à savoir la France et la Belgique. Ayant organisé des événements privés par le passé, nous savons comme il peut être difficile de les financer. Notre solution ? Offrir nos articles à des événements associatifs, solidaires, culturels ou sportifs ! Sur place, ils pourront être vendus ou donnés, par exemple, comme gain à une tombola. Un chouette moyen de nous faire connaitre tout en restant dans nos valeurs. Une vraie solution gagnant-gagnant comme on les aime !

L’aspect social pris en compte, il nous faut maintenant considérer la problématique environnementale. Saviez-vous que la mode est la deuxième industrie la plus polluante ? Cela doit changer… Fini le coton responsable de 25% des pesticides dans le monde et nécessitant d’immenses quantités d’eau ! Le chanvre, matière naturelle déjà utilisée par notre partenaire, restera comme base de nos produits. Cette plante, qui représentait 80% des textiles au début du 20ème siècle est, en effet, la plus écologique qui soit. Parmi les raisons nous pouvons citer l’absence de pesticides, ses faibles besoins en eau, sa régénération des sols ou encore son empreinte carbone négative.

Maintenant, comme on dit, il n’y a plus qu’à…

Un cheminement naturel

Le concept défini, démarre un parcours truffé de surprises, d’émotions et de remises en question. Car être entrepreneur, c’est accepter chaque situation et y faire face le mieux possible, c’est apprendre sur soi-même et se dépasser constamment.

Fin décembre, moins d’un mois après notre rencontre, Paul rentre en France afin de continuer ses études. Depuis ce jour, nous travaillons chacun de notre côté sur ce projet et sommes quotidiennement en relation. Là sera la clé principale : la communication et la remise en question. Lorsqu’on travaille en équipe, il est vital de savoir s’écouter et de tirer le meilleur de chacun. Car les conséquences de cette collaboration vont bien au-delà de nos propres personnes, ce sont plus de 100 personnes qui en bénéficieront, directement ou indirectement. Alors, pas de place pour l’égo…

Rapidement, nous réalisons que créer sa propre marque requiert des compétences multiples et variées. Business plan, aspect juridique, design, site internet, shootings photo, … difficile de s’en sortir seuls malgré des études universitaires en gestion et en commerce.

Nos moyens financiers ne nous permettant pas de sous-traiter, nous continuons notre formation sur le tas tout en demandant l’aide de notre entourage. Naissent alors 2 groupes de soutien. Le premier réunit des proches qualifiés dans un domaine particulier ; le deuxième rassemble 175 amis avec comme objectif d’obtenir des retours. De ces collaborations découleront des éléments fondateurs du projet comme la création du logo ou des 3 collections finales.

Toujours présent à Katmandou, je travaille main dans la main avec les partenaires locaux et me mets à la recherche d’associations à soutenir. Le Népal ayant énormément de réseaux informels, nous savons pertinemment que l’argent est souvent gardé par les hauts responsables en charge. Et s’il y a bien une chose sur laquelle nous insistons, c’est que nos dons servent à ceux qui en ont vraiment besoin ! Notre choix se fera donc sur 3 critères : la recherche de projets œuvrant dans des domaines variés, leur transparence et le peu d’intermédiaires. L’orphelinat où Paul et moi nous sommes rencontrés est logiquement la première association soutenue. Le temps passé sur place m’amènera à en trouver 2 autres : un centre d’aide aux victimes de sida/hépatite et une association reconstruisant les ruines du séisme de 2015.

Les mois passent et nous voilà fin mai lorsque je rentre en Belgique. Quelques jours plus tard, les réseaux sociaux sont lancés. De quoi avoir le temps de fédérer autour du projet et des valeurs défendues.

Les prototypes sont livrés en Belgique 3 mois plus tard. Les shootings prennent alors place, grâce à la participation bénévole d’amis membres des groupes de soutien.

Le lancement de notre site internet en octobre marquera la dernière grosse étape du projet.

 

 

Envie d’en découvrir plus ?

Visiter notre site : https://www.bajura.co

Facebook : https://www.facebook.com/BajuraBags

Twitter : https://twitter.com/BajuraBags

Instagram : https://www.instagram.com/bajuraBags

 

, , , ,

There are no reviews yet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *